Les Sucreries de Longueil-Sainte-Marie

La Sucrerie de Rucourt

Construite en 1867 par Charles Louis Stievenart (originaire de Prézeaux dans le département du Nord).
Nom de famille que l’on retrouve entre 1877 et 1889 ainsi qu’à Monchy et Tricot.
En 1892 et 1899 Alfred Stievenart et Maurice Lefebvre.
En 1913, Lefebvre seul. L’établissement est détruit durant la première guerre mondiale puis reconstruit et modernisé entre 1924 et 1926.
L’appellation devient “S.A. Sucrerie et distillerie de Longueil-Sainte- Marie” au moins jusqu’en 1951.
En 1937, la capacité de traitement maximum était de 1000 tonnes de betteraves par 24 heures, disposait de 350 hectares de cultures et d’une distillerie.
Arrêt de la production en 1964. Une partie est détruite ainsi que les logement ouvriers, le reste transformé en entrepôts industriels. Subsistent le logement patronal et les dépendances.


Plan manuel de 1916 et son agrandissement.
A.D.O. Cliché Joël Hiquebrant.

La Sucrerie de Port-Salut

Carte postale ancienne. Collection Sylvère Thomas.

En-tête de lettre. Cliché Joël Hiquebrant.

Fabrique de sucre construite en 1875 pour Eloi Peters, fondateur de la société en commandite par actions E. Peters et Cie.
Les travaux furent confiés à M. Lallemant, architecte et ingénieur civil demeurant à Cambrai tandis que le matériel fut fourni par la Maison Lecointe et Villette, constructeurs mécaniciens à Saint Quentin dans l’Aisne.
Albert Peters, fils du précédent modernisa les installations à la fin du XIX° siècle (usine à gaz) ainsi qu’en 1909.
M. Robert Peters créa en 1941 la SA Peters et Cie.

Le site industriel, installé près du pont stratégique de Verberie fut gravement touché en 1940 et 1944 (bâtiments de 1939, four à chaux, etc). L’architecte A. Belot fut chargé des réparations et de la reconstruction qui dura jusqu’en 1952. En 1964, l’entreprise fut intégrée dans le groupe Say avant sa fermeture et sa destruction vers 1981. Ne sont restés que les installations agricoles, les bâtiments des bureaux, construits en 1877 et les logements ouvriers (zac de la sucrerie).

Selon le Docteur Cras, auteur d’une monographie sur Verberie, Port-Salut était au départ un hameau de Verberie avant d’être rattaché à Longueil-Sainte-Marie. Monsieur Peters avait participé à la reconstruction du pont sur l’Oise en 1966 et à ce titre, avait demandé un droit de péage. L’annuaire de 1922 fait état de trois vérificateurs à la sucrerie et deux autres à la glucoserie. Capacité en 1939 : 60 tonnes de sucre par 24 heures, 250 tonnes de pulpes et 15 tonnes de mélasse. En 1881, l’usine employait 120 salariés et 105 pendant la campagne 1939.

Sources : Base Mérimée Notice IA60001082 Dufournier Benoit et Fournier Bertrand.
Annuaires sucriers et Histoire de Verberie de Monsieur Cras.

Plan de 1893. Archives Départementales de l’Oise. Cliché Joël Hiquebrant.