La Raffinerie Say dite du Boulevard de la Gare (Paris)

Résumé et historique rapide

La Raffinerie Say de Paris était implantée dans le 13ème arrondissement entre le boulevard de la Gare, (par l’arrêté du 1er mars 1976, le boulevard de la Gare a pris le nom de boulevard Vincent-Auriol en l’honneur de Vincent Auriol, président de la Quatrième République de 1947 à 1954.), les rues Jeanne d’Arc, Clisson, Dunois.
L’adresse officielle de la Raffinerie était le 123 boulevard de la Gare.

La Raffinerie détenait d’autres surfaces et bâtiments, rue Jeanne d’Arc, côté impair, face à la Raffinerie, rue Dunois côté pair jusqu’à la rue du Chevaleret.
Ce qui correspondrait à une superficie totale d’environ 4,5 ha.

Le Siège Social de la Société des Raffineries et Sucreries Say était situé au 18 rue Vaneau Paris 7ème.

Ce quadrilatère était bordé au Nord (Boulevard de la Gare) par la ligne de Métro aérien n° 6 (Nation-Etoile par Denfert, pour les habitués) et à l’Est par la ligne ferroviaire de l’ex réseau Paris-Orléans PO (aujourd’hui SNCF Sud-Ouest), desservie par la Gare d’Austerlitz, qui a donné son nom au quartier.

Ce même quartier abritait, entre autres, les Grands Moulins de Paris et les usines Panhard & Levassor.

Vue aérienne du site en direction du Nord-Est.
Côté gauche de l’image : la ligne de Métro n°6 (achevée en 1906) et le Boulevard de la Gare.
Tout au fond de l’image, à droite : les entrepôts SNCF de la Gare d’Austerlitz, dont nous reparlerons plus loin, au sujet des transports.
Un peu en avant des peupliers, derrière les hauts bâtiments, la rue Dunois.
A droite, dans l’ombre : la rue Clisson et la grande cheminée.
Au premier plan et au pied des immeubles résidentiels : la rue Jeanne d’Arc.

Grâce à l’aide précieuse de notre ami Loïc Gautier, nous pouvons illustrer quelques étapes de sa longue carrière.

En 1831 : Créée par Louis SAY, la raffinerie de sucre de betterave Say, appelée « raffinerie de la Jamaïque », ouvre aux portes de Paris, dans la Plaine d’Ivry et dans ce qui deviendra bientôt le 13e arrondissement de Paris.
En 1840 : Mort de Louis SAY, l’usine reste aux mains de la famille SAY.
En 1875 : Introduction de la casserie – fabrication du sucre en tablettes, sciées en morceaux réguliers, eux-mêmes coupés en cubes – en remplacement du moulage en cônes (ou pains).
En 1887: Acquisition de l’usine de Pont d’Ardres (62) (fondée en 1873).
En 1900 : Acquisition de l’usine Saint-Just-en-Chaussée (60) située à 15 Km de Francières.
En 1902 : Acquisition d’une flotte de 34 camions à vapeur de type Purrey. Les livraisons s’effectuaient auparavant par une multitude de tombereaux attelés.
En 1904 : Estrées-Blanche dans le Pas de Calais, enfin Abbeville (80), Coulommiers (77) et Neuilly-Saint-Front(02).
En 1963 : Say acquiert la sucrerie de Chevrières, dans l’Oise à 10 Km de Francières (encore en activité, Téréos).
En 1967 : La société Béghin, présidée par le fils d’Henri Béghin, Ferdinand, prend le contrôle de la société Say.
En 1968 : La raffinerie du Boulevard de la Gare a fonctionné quelque 135 années et, après avoir occcupé plus de 2000 personnes, elle employait encore près de 800 personnes quand elle ferma définitivement, durant l’été 1968 .

Une autre vue, prise à la verticale colorisée et légendée (le Nord est en haut de l’image)
1 : Entrée principale, 123 Boulevard de la Gare
2 : Boulevard de la Gare
3 : Ligne 6 du Métro, station Nationale
4 : Rue Jeanne d’Arc
5 : Rue Clisson
6 : Rue Dunois
7 : Rue du Chevaleret
8 : Entrepôts de la gare marchandises SNCF et rampe de chargement des wagons routiers
9 : Eglise Jeanne d’Arc
En jaune, l’emprise de la raffinerie.

Cliché extrait d’une photo IGN de 1950.
Collection Loïc Gautier

Crédits photographiques

Nous trouverons, dans ce document, de nombreuses illustrations photographiques, dont les sources sont multiples :
– images issues de la collection ASSF.
– images issues de la collection Delcampe, avec son aimable contribution
– images issues de la collection privée de M. Loïc Gautier, avec son autorisation
– images issues de la collection de M. Oudotte, qui travaillait dans l’entreprise à l’époque et qui a eu la bonne idée de réaliser ces clichés en 1969 & 1972.
– images privées issues de sources diverses.

Merci de respecter ces contributeurs, en citant les sources et principalement en cas d’emploi de l’une de ces images.
Toutes les illustrations qui suivent sont volontairement traitées en basse résolution.
Les originaux peuvent être obtenus :
– soit auprès de la société Delcampe pour certaines CP :  http://www.delcampe.net/
– soit auprès de l’ASSF : sauvegarde.sucrerie.francieres@gmail.com
– soit auprès de Loïc Gautier : loic_gautier@hotmail.com

La vie dans la raffinerie

Témoignage de Loïc Gautier

Laissons tout d’abord notre ami Loïc Gautier évoquer son expérience personnelle :

“Voici l’explication de mon intérêt pour la Raffinerie Say et le 13ème .”

“Mon père a travaillé à la Société des Raffineries et Sucreries Say de 1931 jusqu’à sa retraite en 1972.
La famille a habité le 90 rue Jeanne d’Arc (immeuble que l’on devine à gauche sur les nombreuses cartes postales de la Raffinerie Say rue Jeanne d’Arc).

Ce logement avait été attribué à mon père en contrepartie d’une astreinte, assurée à tour de rôle, avec quelques collègues, les week-ends et jours fériés.

Mon père s’occupait d’un atelier appelé ARMA, Atelier de Réparation de Machines Automatiques, atelier qui en fait développait des machines pour les différentes usines, ficeleuses, fardeleuses, turbines…, en relation avec le Bureau d’Etudes de la rue Vaneau.”

Une société anonyme par Christiane Peyre

Citons maintenant un document qui s’attarde plus précisément sur la vie des ouvriers :

Loïc Gautier : “Ce document, publié en 1962, décrit la vie ouvrière à la Raffinerie Say en 1949-1950. Le récit témoigne avec beaucoup de sensibilité des difficiles conditions de travail, des relations avec la hiérarchie, de la vie du quartier.
Les lieux, les personnages, les événements sont réels, même si les noms ont été modifiés, mais transparents pour ceux les ayant connus. La société Say est appelée Roy et les membres de la Direction ont des noms transposés, mais explicites pour ceux les connaissant. Ces personnes étaient toujours en activité lors de la publication du livre en 1962 !

Le Directeur, nommé dans le récit, M. Madrier, s’appelait Lepoutre, le Sous-Directeur Durand, s’appelait Martin, il habitait au 90 rue Jeanne d’Arc, l’adjoint de Durand, Lenoir, s’appelait Blanc.
J’ai reconnu mon père dans le récit à travers une juste description “le chef de la mécanique, celui qui a toujours un vieux chapeau et ausculte les paquets ratés.”

Yves Gautier, neveu de Loïc Gautier : “Ce livre est un témoignage. Christiane Peyre est issue d’un milieu ouvrier. Elle suit des études de philosophie. Elle ne se sent pas à l’aise dans le milieu des étudiants qu’elle fréquente. Elle décide de chercher un travail d’ouvrière. Elle est embauchée par la raffinerie Say (qui n’est pas nommée dans le livre), une sucrerie située à Paris dans le 13 éme arrondissement (et détruite aujourd’hui). Christiane Peyre décrit la dureté du travail, les cadences infernales des machines, le bruit, la vapeur, le sucre chaud qui brûle et ronge les doigts jusqu’au sang. Elle décrit aussi un univers qui semble s’humaniser par la pratique quotidienne de gestes et de paroles obscènes. Ce que peu de gens savent : tous les personnages décrits dans le livre ont existé, mais l’auteur a transcrit leurs noms de famille, (sur le modèle Leblanc= Lenoir).”

Christian Peyre, Une Société anonyme
Préface d’Albert Memmi – 1962
Reliure inconnue : 213 pages
Editeur : R. Julliard, Montrouge, Impr. moderne (1962)

Les Say et la Raffinerie du boulevard de la Gare par Marguerite David-Roy

Ci-dessous, un extrait très partiel du document disponible auprès de la Société d’Histoire et d’Archéologie du 13ème arrondissement.

Conférence “Les Say et la Raffinerie du Boulevard de la Gare” du 18 décembre 2008, par Marguerite David-Roy, publiée dans le bulletin de la SHA n°39 de 2010.

SHA Société d’Histoire et d’Archéologie du 13ème arrondissement
Siège de la SHA : Mairie du 13ème, 1 place d’Italie, 75013 PARIS
+31 44 08 14 63
Contact : sha_75013@yahoo.fr

Extrait du blog de Denis Cosnard

Denis Cosnard : “Après avoir géré avec succès une première raffinerie à Nantes, Louis Say achète en 1832 un important terrain occupé par des maraîchers et des horticulteurs dans la plaine d’Ivry, à l’époque juste à la lisière de Paris.

C’est ici, à la barrière des Deux Moulins, non loin de la Seine, qu’il construit ce qu’il nomme la Raffinerie de la Jamaïque. Ses ouvriers y raffinent le sucre, détaillé ensuite en pains. Après la mort de Louis Say, en 1840, l’usine reste aux mains de la famille Say et de ses cousins Duméril, et continue à prospérer.

Ce fut l’une des principales usines parisiennes, et des plus durables: elle fonctionna quelque 135 années, et employait encore près de 800 personnes quand elle ferma définitivement, durant l’été 1968.”

Blog de Denis Cosnard
http://lafabriquedeparis.blogspot.fr/2012/11/la-raffinerie-say-ou-la-jamaique-paris.html
Denis Cosnard est Journaliste au Monde, parisien, passionné par l’économie, ses petites et ses grandes histoires.

Camille & Jeanne par Alain Faure

Alain Faure : “Le témoignage qu’on va lire repose sur l’interview de deux femmes, ouvrières d’une grande et célèbre usine de sucre du 13e arrondissement de Paris, la raffinerie Say.

L’enregistrement a eu lieu le 21 août 1976, au sein d’un de ces clubs ouverts à la solitude du “3e âge” dans cet arrondissement alors en complet remodelage.

Comme l’entretien réunissait deux femmes ayant en commun un passé d’ouvrière mais d’âge et de tempérament différents, il en résulta entre elles un dialogue dense, soutenu et constamment aiguillonné par l’évocation d’expériences partagées ou dissemblables…….”

“Camille et Jeanne, ouvrières à la raffinerie Say” dans Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine [Université Paris X-Nanterre], n°11, 1990, p. 49-59.
Version électronique : fichier PDF à télécharger
Alain Faure est Ingénieur d’études à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES-Nanterre, retraité depuis novembre 2014.
http://idhes.u-paris10.fr/cdr-idhes-nanterre/membres/chercheurs-rattaches/faure-alain-101681.kjsp?RH=FR

Autres références documentaires

1 – Article de L’Illustration de septembre 1905, intitulé “Le sucre – A la raffinerie Say”
http://www.gutenberg.org/files/35908/35908-h.htm

2 – La BNF offre aussi le texte d’un article, paru dans Le Petit Parisien probalement du 9 mai 1908, sur une très grave explosion faisant de nombreuses victimes.
La transposition est automatique, d’où quelques fautes.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5628854/f1.texte.langFR

Quelques illustrations remarquables

Il semblerait que la proximité de la ligne du métro aérien et que l’architecture du site aient particulièrement inspiré les photographes de l’époque, et plus particulièrement le porche d’entrée de la Raffinerie (ci-dessous à droite).
Nous possédons une bonne dizaine de reproductions de cartes postales sur le sujet.
Il nous a donc fallu effectuer un tri sévère pour ne pas encombrer cette page.
Par contre, les images de nos amis Gautier et Oudotte nous sont apparues d’un grand intérêt documentaire.

Voici donc une sélection judicieuse de paires d’images qui nous permettront, en même temps, de jouer au “jeu des 7 erreurs”.

La raffinerie à la Belle Epoque


1906 > 1912 . Le fameux porche d’entrée principal de la raffinerie, avant et après la construction de la ligne de métro N°6 en 1906.
Le petit édicule de “Monsieur Vespasien”, situé juste en face de l’entrée (sic), n’a pas disparu mais les réverbères se sont multipliés.
Clichés collections Delcampe et Loïc Gautier.

 1906 > En pivotant d’un quart de tour sur la droite, on longe l’enfilade de la rue Jeanne d’Arc.
Le porche est maintenant à gauche des photos, l’église Jeanne d’Arc au fond des clichés.
Avant la construction du métro, la rue Jeanne d’Arc était desservie par un tramway.
fin 1912 > On perd le tram et ses pylônes, mais, au passage, on gagne une superbe colonne Morris (au centre de la photo de droite).
Clichés collection Loïc Gautier.

  1905>1968 – La grande cheminée de la rue Clisson (centrale thermique de la raffinerie).
Clichés Collections Loïc Gautier.

Les transports à la raffinerie. Trois époques, trois méthodes.

Avant 1900 – Les transports aussi bien entrants (à gauche) que sortants (à droite) s’effectuent par charrois et calèches attelées.
Clichés collections Loïc Gautier et ASSF.

1902 – Arrivée des camions à vapeur Purrey. Bien alignés dans le garage de la rue Dunois. Mais il manque le 24 ! Le voici à droite, laissant bien entrevoir son système d’entraînement et la “sableuse”, rendue nécessaire par les démarrages sur “terrains gras” !
La Raffinerie a substitué à une écurie de 400 chevaux, une flotte de 34 camions à vapeur Purrey à partir de 1902.
Clichés collection Loïc Gautier (courtoisie Mme Verrier).     Et à visiter l’adresse ci-dessous :
http://www.fondationberliet.org/la-collection/collection-camions-vehicules/purrey-type-b-a-vapeur-1909/

1952 – Les transports par wagons : Ce qui animait le plus la rue Jeanne d’Arc et le boulevard de la Gare était le déplacement de wagons sur remorque, pour la Raffinerie.
Il avait été envisagé un embranchement particulier de la gare de marchandises d’Austerlitz vers la raffinerie à travers les terrains Say, traversant la rue du Chevaleret, longeant le passage Perret, traversant la rue Dunois, mais le projet fut rejeté, la pente étant trop forte, ce qui présentait ainsi un risque élevé.
C’est donc le système de la remorque porte-wagon, tirée ici par un camion Diamond T, qui fut maintenu.
Légende et clichés collection Loïc Gautier.

Vers la fin des activités

Passé l’été 1968, le site est peu à peu laissé à l’abandon. Gisent encore çà-et-là quelques vestiges d’une activité florissante.
Malheureusement, ce site n’a pas connu le même sort heureux que celui de la sucrerie de Francières. Le coût du m2 dans ce quartier en plein renouveau, l’apparition des grandes tours dans le haut du 13e, ont eu raison du “carré SAY”.
Démolition et reconstruction de laideurs bétonnées ont altéré définitivement le “charme” suranné de ce quartier.
Quand bien même, la conservation muséale des Grands Moulins de Paris tout proches, la construction de la Grande Bibliothèque Nationale-François Mitterrand, l’ouverture de l’Université Diderot et le développement des lignes de Métro 14 et de tram T3a, ont tenté de rapprocher les parisiens de ce quartier, il restera toujours la nostalgie de noms chers aux habitants tels que Nationale, Boulevard de la Gare, rue Jeanne d’Arc, Tolbiac et autre “Salpé”, etc.

1969 – Un site à l’abandon

Cliché de gauche : Cour intérieure, services techniques (à gauche), magasin à sucres (au fond) et une splendide grue ! Sur la droite de l’image, la portion de voie accueillant les wagons, tractés sur remorques.
Cliché de droite : Cour intérieure, quai de livraison (à droite) puis bâtiment des tablettes.
Collection M. Oudotte (1969)

1970 – La démolition

Il ne reste plus qu’un fantôme du site. Quelques façades sont encore debout, masquant le désert de ruines.
A gauche le coin du Boulevard de la gare et de la rue Jeanne d’Arc. A droite la rue Jeanne d’Arc.
Clichés Loïc Gautier.

1971 – La fin du géant

Deux vues prises depuis la station Nationale du Métro ligne 6.
1969, cliché de gauche, les bâtiments sont encore debout.
1972, cliché de droite, le carré Say est mis à bas et de nouveaux immeubles en béton grignotent déjà l’espace laissé vacant.
Clichés collection de M. Oudotte, qui travaillait à la raffinerie.

2015 – Trois clichés

De gauche à droite : l’entrée du 123 Bd de la Gare, la rue Jeanne d’Arc et la rue Dunois.
Clichés Mappy®.

Mais la mémoire de la raffinerie n’a pas vraiment disparu !


Photo : LPLT pour Wikimédia. License CC BY-SA 3.0

Le jardin de la Raffinerie Say est un espace vert accessible par le 147 boulevard Vincent-Auriol  (ex. Bd de la Gare) ainsi que par la rue Yéo-Thomas (Rue Nationale).
Le jardin est créé en 1976 sous le nom de jardin de l’îlot 4.
Il prend, en 2006, le nom de la raffinerie de sucre Say fondée par Louis Say.
D’une superficie totale de 5 400 m2, dont 180 m2 dédiés à une terrasse de détente, il est planté de pins maritimes et possède une aire de jeux pour les enfants.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jardin_de_la_Raffinerie_Say